Qui sommes nous

Un peu d’histoire…

C’est le 1er août 1964, que fût déclarée à la préfecture de la Haute-Vienne, la constitution de l’Association pour la Sauvegarde des Enfants Invalides et Handicapés (ASEHI) par son premier Président, Monsieur SAURY, Inspecteur d’Académie.

La jeune association s’affirme laïque et gestionnaire. Sa première tâche consiste à mettre en place des dispositifs permettant la scolarisation des jeunes déficients sensoriels de la Haute-Vienne. Ce sera chose faite dès la rentrée scolaire suivante avec l’ouverture d’une classe pour déficients visuels à l’école Montmailler de Limoges. Dès lors, parallèlement à la montée en charge de ces dispositifs (2 nouvelles classes vont ouvrir en 1968), l’ASEIH va s’investir dans un projet autrement ambitieux : la création d’un institut régional d’éducation sensorielle.

Elaboration du projet, recherche de financements, d’un terrain, projet architectural, construction… l’IRES sera inauguré en janvier 1975.

Depuis lors les locaux du 1, rue Henri Barbusse sont devenus un lieu de référence régional en ce qui concerne les déficiences sensorielles.

L’association y a développé, au fil des ans, de l’évolution de la demande sociale et de l’environnement règlementaire, un ensemble de structures et de dispositifs voués à l’accompagnement et à la prise en charge des personnes porteuses de ces handicaps.

Quelques dates

  • en 1982, ont lieu à partir de l’IRES, les premières ‘’intégrations’’ d’élèves en milieu scolaire ordinaire ;
  • en 1989, un nouvel agrément est sollicité, au titre des annexes XXIV quater et quinquies rénovées ;
  • en 1993, création d’un SAFEP/SAAAIS et d’un SAFEP/SSEFIS ;
  • en 1994, l’IRES est rebaptisé ‘’institut Aimé Labrégère’’ et l’association devient l’ARES (association régionale pour l’éducation sensorielle) ;
  • à partir de 1998, l’ARES élabore un projet de pôle ressource pour déficients visuels. Ce projet, maintes fois présenté, remanié, rebaptisé, ne se concrétisera pas en l’état ;
  • à la rentrée scolaire 2002, l’ensemble des enfants accompagnés et pris en charge par les différents services de l’ARES intègrent le milieu scolaire ordinaire, individuellement ou collectivement, plus ou moins accompagnés et soutenus, en fonction de leur projet individuel et de leur degré d’autonomie ;
  • en janvier 2003, le centre d’information surdité (CIS) du Limousin ouvre ses portes. Géré par l’ARES, hébergé dans les locaux du 1, rue Henri Barbusse, partenaire des sites à la vie autonome puis des mdph, il a aujourd’hui toute sa place au sein des dispositifs régionaux en faveur des personnes handicapées ;
  • à partir de 2004, l’association développe, dans le cadre de conventions de prestation de services, une activité de pôle ressource spécialisé dans la déficience visuelle. A ce titre, différents professionnels de l’ARES (instructrices en locomotion et en AVJ, professeur de Braille, transcriptrice… interviennent auprès d’usagers d’autres structures (établissements, services, mutuelles, MDPH…) ;
  • en septembre 2009, un SAFEP/SAAAIS et un SAFEP/SSEFIS ouvrent à Châteauroux (36), portés par un groupement de coopération (GCSMS) associant l’aidaphi à l’ARES ;
  • en avril 2012, conclusion d’un GCSMS avec l’Association Limousine de Sauvegarde de l’Enfant à l’Adulte (ALSEA). Ce dernier a pour objectif d’améliorer l’offre de prise en charge a destination des très jeunes enfants déficients sensoriels dont le handicap s’inscrit dans un tableau plus complexe, pour lesquels le diagnostic est encore en cours ou relevant d’un traitement médical lourd, en hôpital.
    En outre, le lien créé entre les deux associations permet de mutualiser un certain nombre de compétences et de moyens ;
  • en janvier 2015, création du pôle ressources ‘troubles sensoriels’ qui vient prendre la suite du CIS en élargissant ses missions et en s’ouvrant aux troubles visuels ;
  • au printemps 2015, création de ‘l’équipe relais handicaps rares Aquitaine Limousin’, en partenariat avec l’IRSA à Bordeaux, et en réponse à un appel à candidature inter régional, dans le cadre du plan national.

L’ARES en 2016

Remplit des missions de service public

  • à travers la gestion :
    • D’un SAAAIS de 20 places, le seul de la région, accueillant des enfants et des jeunes, de 0 à 20 ans, malvoyants ou aveugles et en capacité de répondre à l’ensemble de leurs besoins en matière d’accompagnement, de soutien, de rééducations, d’aide techniques ;
    • D’un SSEFIS de 33 places, accueillant des enfants et des jeunes, de 0 à 20 ans, sourds ou déficients auditifs, détenteur des compétences requises pour les accompagner ainsi que leurs familles, quels que soient leur projet de communication, leur choix d’appareillage, leur mode de scolarisation ;
    • De deux places d’établissement pour jeunes déficients auditifs (3 à 16 ans), permettant l’accueil de jeunes en situation particulière (troubles associés, jeunes étrangers primo arrivants…) afin de leur proposer un temps d’évaluation et de bilans, puis l’élaboration d’un projet d’orientation et/ou de scolarisation ;
    • De l’équipe relais handicaps rares – Aquitaine / Limousin – pour ce qui concerne les départements de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne ;
    • D’un pôle ressources troubles sensoriels, lieu d’accueil, d’information, de documentation ouvert au public, prestataire de formation, partenaire des MDPH.
  • dans le cadre de partenariats :
    • GCSMS avec l’aidaphi, assurant le fonctionnement d’un SAAAIS et d’un SSEFIS dans le département de l’Indre ;
    • GCSMS avec l’ALSEA afin de mieux répondre, en partenariat avec le CAMSP géré à Limoges, par cette association, aux besoins de prise en charge précoces ;
    • Conventions avec les MDPH de Haute-Vienne et de Creuse concernant l’instruction de dossiers de PCH (déficiences visuelle et auditive) ;
    • Convention avec la MDPH/plate forme déficience sensorielle de Corrèze (DV) ;
    • Conventions avec diverses institutions publiques ou privées, de Haute-Vienne ou des départements limitrophes à fins de prestations de services spécialisées (apajh, apf, apsah, centre d’Ailhaud Castellet(24), SESSAD et ESSAD de Corrèze, de Haute-Vienne…)

S’applique à développer une culture de l’évaluation et de la qualité

  • L’association s’est engagée dès 2008 dans une démarche d’évaluation interne des ses différents services. Elle a fait le choix de conduire une démarche originale, en formant un de ses cadres (DU qualité médico-social) et en adaptant un référentiel, à partir des préconisations de la loi 2002-2 et des recommandations de l’ANESM.
  • A l’issue de cette évaluation interne, un plan d’amélioration a été élaboré et des actions engagées. Elles visent à renforcer l’implication des usagers dans l’élaboration des projets d’accompagnement, la lisibilité des orientations institutionnelles, l’accessibilité des locaux. Cette évaluation est désormais inscrite dans un processus continu.
  • Une première évaluation externe a été conduite fin 2014.

Assure une fonction d’information, sensibilisation, formation…

  • Conventions avec POLARIS, l’inspection académique de Limoges, des établissements scolaires pour intervenir dans la formation des ES, ME, ETS, AVS, enseignants ou participer à des journées thématiques, des animations.
  • Conventions ponctuelles pour mener des actions de formation professionnelle, de sensibilisation aux handicaps à la LSF, au LPC, au braille…
  • Accueil permanent de stagiaires, qu’il s’agisse de périodes de formation (stages longs de travailleurs sociaux, de managers, gestionnaires, rééducateurs…) ou de temps de découverte (collégiens, lycéens…).

Participe activement aux différentes instances traitant de la politique et des actions en faveur des personnes handicapées

  • Administrateurs et/ou salariés sont membres titulaires de la CDAPH de Haute-Vienne et de Creuse, de différentes équipes pluridisciplinaires MDPH, administrateurs du creahil, membres des CDCPH, du comité d’entente Limousin.
  • L’ARES est associée aux travaux des différents schémas départementaux, du SROMS, des commissions d’accessibilité…

Est un acteur du fonctionnement de la branche professionnelle et de l’économie sociale dans la région

  • Animation du syndicat employeur – syneas – (le directeur en était délégué régional jusqu’en juillet 2016), des délégations régionales UNIFED et CPNE, participation aux travaux de la CRESS, de l’UDES.